Le renouveau des relations franco-mexicaines: une nouvelle ère économique

11/10/13

Mathilde Tisserand*

La France et le Mexique entretiennent des relations diplomatiques depuis de nombreux siècles mais les deux pays ne furent pas toujours des alliés. En effet, leur dynamique se caractérise par des alternances de moments d’entente et de vives tensions, ce qui est toujours le cas actuellement.

Rappel des turbulences au sein de la relation franco-mexicaine

Un fait particulier marque le début des relations entre la France et le Mexique : il s’agit de l’arrivée des « Barcelonettes » dans les années 1830. Ces migrants, originaires des Basses Alpes, se sont établis au Mexique où ils ont développé leurs relations commerciales et financières avec un énorme succès. Jusqu’à ce jour, leurs descendants figurent parmi les plus grandes entreprises de textile du pays. Par conséquent, nous pouvons dire que l’année 1830 représente bien le début officiel des relations diplomatiques entre les deux nations, bien qu’il existait d’ores-et-déjà des preuves de commerce bilatéral grâce à la clause de la nation la plus favorisée.
Cependant, les relations commencèrent à se dégrader peu de temps après à cause du désir des Français de dominer les Mexicains : cela se concrétise par les bombardements du roi Louis Philippe 1er à Veracruz en 1838, les interventions militaires napoléoniennes entre 1861 et 1867, et l’empire de Maximilien entre 1864 et 1867 qui marqua la fin de la présence française au sein du territoire mexicain.
Plus tard, les Français retournèrent sur les terres mexicaines grâce au régime de Porfirio Diaz entre 1876 et 1911, leader politique particulièrement intéressé par la France. Il a ainsi favorisé une politique francophile et les investissements français au Mexique et construit divers monuments d’influence architecturale française, comme c’est le cas aujourd’hui du Palais des Beaux-Arts ainsi que du Monument de la Révolution dans le District Fédéral.

Au cours du XXème siècle, les relations continuèrent de se formaliser notamment grâce à la visite du Président de la République française Charles de Gaulle en 1964, qui fut le premier chef d’Etat à s’exprimer depuis le balcon du Palais National, en clamant « Marchons main dans la main, vive le Mexique ! ». En 1979, ce fut au tour du Président Valéry Giscard d’Estaing de visiter le pays, où il profita de l’opportunité pour renforcer la coopération économique et énergétique. Enfin, la dernière visite d’un Président français qui fit la première page d’un journal mexicain fut celle de François Mitterand en 1981, où il défendit la solidarité entre le Nord et le Sud pour favoriser le développement.

Depuis, les relations franco-mexicaines continuèrent de manière positive et constructive en se concentrant principalement sur la coopération économique, jusqu’à ce que l’affaire Cassez empira les relations au début du XXIème siècle. Ce scandale, dans lequel fut arrêtée et détenue la Française au Mexique pendant 8 ans pour séquestrations a envenimé la relation entre les deux pays, ce qui a mené à l’annulation, en 2011, de « l’Année du Mexique en France ». En 2012, un Ministre de la Cour Suprême de Justice de la Nation demanda la libération de Florence Cassez du fait des nombreuses irrégularités qui furent commises durant son procès, mais ce fut seulement en janvier 2013 qu’elle fut libérée. Ceci laisse depuis un goût amer au sein de nombreux Mexicains, en désaccord avec cette décision.

La France et le Mexique, deux partenaires réciproques importants du XXIème siècle

Les deux Présidents respectifs de chacun des deux pays s’étaient déjà réunis une première fois en octobre 2012 afin de démontrer leur volonté de renforcer leurs liens dans tous les domaines possibles et ainsi mettre de côté les erreurs du passé. Ce vif désir fut réitéré en juillet dernier par la visite du Ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, au Mexique lors de la célébration du 14 juillet, fête nationale française.

Cet évènement fut l’opportunité de présenter de nouveau les valeurs que les deux nations partagent, notamment celles de la démocratie, du respect des droits de l’Homme, de la justice sociale, de la préservation de l’environnement, de la lutte contre le crime organisé, du développement de la santé et de l’inclusion sociale, du combat contre la discrimination et l’exclusion, ainsi que les résultats de la révolution sociale de chacun, désormais patrimoines de l’Humanité.

La France et le Mexique sont donc deux partenaires qui profitent de leur relation bilatérale autant qu’ils le peuvent, et qui se renforce de plus en plus au fil des années. A titre d’exemple : 5 000 mexicains vivent en France et 30 000 français vivent au Mexique. La France est le 3ème pays qui reçoit le plus d’étudiants mexicains tandis que les Français sont la première communauté étudiante étrangère au Mexique ; il existe 38 Alliances Françaises sur le territoire mexicain ; la France est aussi le second partenaire du Mexique en ce qui concerne la coopération technico-scientifique. Le tourisme est un élément majeur entre les deux nations: 200  000 français ont visité le Mexique en 2012 contre 500 000 mexicains en France au cours de la même période ; enfin, presque la totalité des entreprises françaises de taille mondiale – 90% – sont présentes au Mexique (Safran, Thales, Eurocopter, l’Oréal, Danone, Sanofi etc). La France fut attirée par l’idée que le Mexique a de nombreux accords de libre commerce avec 44 pays au total ce qui permettrait aux Français d’élargir son commerce avec ces nouveaux alliés commerciaux. Enfin, le Mexique est un pays émergent appelé à jouer un grand rôle au sein de la scène internationale dans les prochaines années à venir, ce qui explique le désir de la France de l’aider dans cette tâche en faisant du Mexique un pays plus fort et actif, selon l’Ambassadeur de France au Mexique.

De plus, au cours de la dernière décennie, le commerce bilatéral augmenta de 200%, ce qui nous laisse de bonnes perspectives à attendre pour le futur. Ceci peut s’expliquer en raison de l’entrée en vigueur du Traité de Libre Commerce[1] entre le Mexique et l’Union Européenne en 2000. Les données montrent que depuis ce fait, le commerce n’a cessé de croître les années suivantes, à l’exception de 2009. L’année 2012 montre les meilleurs résultats. En effet, le montant total du commerce entre les deux pays a augmenté jusqu’à 4 500 millions de dollars, soit +6,2% en comparaison avec l’année 2011. La France est aujourd’hui le 5ème partenaire commercial du Mexique parmi les pays de l’Union Européenne, ce qui représente 7,5% du commerce total que le Mexique effectue avec l’Union.
Enfin, la France est le 7ème pays qui investit le plus au Mexique avec un total de 329 millions de dollars en 2012, soit le double des investissements enregistrés en 2011.

Néanmoins, le total des échanges effectués en 2012 reste « trop modeste » selon Laurent Fabius. C’est pourquoi le gouvernement français souhaite entreprendre de nouveaux projets afin de renforcer sa relation bilatérale avec le Mexique et profiter de l’économie de cette dernière. Aujourd’hui 2ème puissance économique dans la région d’Amérique Latine, de récentes études affirment que le Mexique pourrait devenir plus puissant que le Brésil dans un futur proche.

L’ère post-Cassez : focus sur l’économie

Au cours de la visite du Ministre des Affaires Etrangères français en juillet dernier, il déclara que «le Mexique est une priorité ». Selon lui, sa visite « ouvre une nouvelle page très positive pour les relations entre les deux pays qui ont toutes les raisons, non seulement d’être amis, mais aussi d’être extrêmement proches dans les domaines économique, culturel et éducatif ».
Le gouvernement français cherche ainsi à approfondir sa relation avec le Mexique dans divers domaines, mais le plus important est celui de l’économie au sein des secteurs suivants : l’aéronautique, le transport, les télécommunications, l’énergie, les nouvelles technologies, la sécurité, l’agroalimentaire et l’environnement.
De même, selon l’Ambassadeur de France au Mexique, le futur des relations franco-mexicaines réside dans le domaine économique et ce pour plusieurs raisons : changement politique au Mexique qui permet d’installer des réformes structurelles, fin des monopoles dans certains secteurs, nouvelles opportunités pour développer le pays, nouvelles infrastructures, nouvelles politiques pour améliorer les conditions de vie, la santé, l’énergie etc.

Afin de renforcer ceci, M.Fabius annonça, conjointement avec le Président de la République mexicaine, M.Peña Nieto, la création d’un Conseil Stratégique franco-mexicain. Ce dernier, déjà actif, est composé de politiques, entrepreneuriaux et intellectuels –comme par exemple de Televisa, Interjet, Safran et Danone – dans le but de développer un espace de dialogue qui émettra des recommandations pour augmenter les liens culturels et économiques entre les deux nations mais aussi pour influencer la prise de décision des gouvernements. Du côté mexicain, le Conseil est présidé par l’ex Chancelier Jorge Castañeda Gutman, et du côté français par l’Ambassadeur Philippe Faure.

La première action du Conseil fut d’annoncer la création d’un fonds d’investissements privés pour les industries aérospatiales et aéronautiques entre 250 et 500 millions de dollars. En effet, ces deux secteurs sont particulièrement importants pour le pays mexicain : entre les 300 entreprises présentes sur le territoire, 270 – soit 90% – reçoivent des investissements français. L’objectif de cette initiative est de développer les petites et moyennes entreprises afin qu’elles fabriquent des pièces de haute technologie. A cet effet, Eurocopter, qui ouvrit une nouvelle fabrique au Querétaro en février dernier, a récemment annoncé son intention d’investir 550 millions de dollars dans le secteur aérospatial pour les prochaines années à venir.

Mais le renforcement des relations franco-mexicaines concerne aussi le domaine culturel. Il est prévu reprendre les coproductions franco-mexicaines comme celles de Luis Buñuel au Mexique et d’exposer des peintures mexicaines en France comme celles de Diego Rivera et Frida Kahlo. Il est aussi prévu qu’une nouvelle antenne de l’Université Nationale Autonome du Mexique sera construite au sein de l’Université de la Sorbonne pour développer la recherche scientifique.

Pour conclure, cette nouvelle relation entre la France et le Mexique continuera avec la visite du Président Francois Hollande au Mexique en 2014 ainsi que celle du Président Peña Nieto la même année. Il est certain que les deux nations ont toujours des défis à surmonter, aussi bien au niveau économique, écologique, démographique, démocratique que face à la sécurité. Cependant, grâce à son histoire particulière et à ses valeurs communes, il n’y a aucun doute, selon Castañeda, que la France et le Mexique ont la capacité de renforcer leur relation.

 

*Mathilde Tisserand es estudiante francesa en Sciences Po Lille, especializada en Relaciones Internacionales-Estrategia y Gestión de riesgos

 


[1] Entrevista de la Embajadora de Francia en México, Elisabeth Beton Delègue, MexicoNow, Mayo-Junio 2013, p.12-16

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s